#LeSaviez-Vous : Chambord, dépôt d'oeuvres d'art pendant la seconde guerre mondiale

À l’annonce de la signature du pacte germano-soviétique, le 23 août 1939, les plus grands musées européens ont commencé l’évacuation de leurs œuvres.

Ils n’avaient qu’une seule envie, protéger les œuvres d'art des bombardements qui allaient frapper les grandes villes et capitales européennes. Le Château de Chambord joua un rôle important, mais peu connu du grand public : celui de refuge pour les œuvres d'art.


Chambord, de lieu de triage à plus gros dépôt d'oeuvres


Au début de la guerre, Chambord ne devait être qu'une zone de triage, permettant d'acheminer les œuvres dans des lieux sûrs partout en France. Mais au vu du nombre d'oeuvres à évacuer, Chambord a conservé des oeuvres en son sein. Il devient même le plus gros dépôt français de la seconde guerre mondiale. Et joua ainsi un rôle essentiel dans la sauvegarde des plus grandes collections françaises.


Jacques Jajard, sous-directeur des Musées nationaux à l'époque, désigna le château comme dépôt principal. Il aida aussi à la garde d'aiguillage vers d'autres refuges tels que Brissac, Cheverny, Courtalian, Valençay...


©Château de Chambord


Pourtant, Pierre Schommer, chef du dépôt de Chambord, n'était pas à l'aise, au moment de la désignation du château comme dépôt. Il craignait qu'il ne soit visé par les forces aériennes allemandes. Malgré cette réticence, le déménagement commença, le 28 août 1939.

Plus de 5 446 caisses contenant des œuvres se sont retrouvées à Chambord.

Sous le travail du chef du dépôt, les conservateurs ne quittent pas les œuvres pendant toute la guerre. Ils déballent les toiles les moins fragiles et examinent régulièrement les autres, pour vérifier qu'elles ne sont pas détruites par l'humidité des lieux.



La Joconde séjourne au Château


L'un des transferts les plus célèbres fut celui du tableau de Léonard de Vinci, la Joconde. Alors que tous les tableaux transportés étaient apposés de deux points rouges, la Mona-Lisa en comptait trois. Elle était nichée dans un capiton en velours, posé dans un écrin de bois, le tout enfermé dans une double caisse. Elle séjourna en transition au Domaine national de Chambord, avant de rejoindre son refuge à Louvigny.


Les 20 et 21 mai prochains, retrouvez le spectacle sons et lumières "Les Nuits de Chambord" au château de Chambord.




36 vues

Posts récents

Voir tout