Le retour des Spectacles de Sons et de Lumières

Chambord, une longue histoire de spectacle Sons et Lumières ! ​

Pour attirer les visiteurs qui se pressent dans le Val de Loire, Chambord commence en 1952 à proposer des illuminations nocturnes, puis à organiser des spectacles de nuit. A la demande du préfet d'Indre-et-Loire, Pierre Sudreau, un architecte spécialisé réfléchit à ce qu'il faut proposer pour Chambord. La disposition du château, écrit ce dernier, se prête bien à une illumination nocturne avec spectacle. On y dispose d'un vaste emplacement pour garer les voitures, et le terre-plein légèrement en amphithéâtre qui se trouve entre la rivière et la forêt pourrait rassembler vingt à trente mille personnes. Des projecteurs convenablement disposés permettent de varier les effets «d'accuser les reliefs, de faire surgir de l'ombre les tours, les lucarnes, les campaniles, de donner une impression d'irréalité qui favorise l'évocation des personnages qui l'ont habité». Il existe en effet un véritable scénario pour ces spectacles de nuit, où des voix enregistrées sur un fond musical racontent une histoire, choisie en général en rapport avec l'histoire anecdotique du château. En 1952 c'est la légende de la Chasse infernale de Thibault le Tricheur comte de Blois qui sert de thème au premier spectacle, permettant de convoquer des fantômes au pied des tours. L'année suivante c'est la salamandre de François 1" qui n'en finit pas de renaître dans les flammes. Parfois, les effets lumineux soulignent le texte lorsque le récit le demande, les spectateurs ont ainsi le sentiment qu'une lumière court à l'intérieur de l'édifice.



 

Voyageur

voyageur mon ami

que tu viennes de la Sologne

gorgée d'eau d'insectes et de mystères

ou de la douceur de la Loire

hypocrite aussi

un grand songe t'attend

entre le fleuve et la forêt

à la charnière des temps

Chambord


Extrait du spectacle "Le combat du jour et de la Nuit" Château de Chambord


 

70 ans d'histoire

Le 5 juillet 1952 le président Vincent Auriol assiste au spectacle, consacrant son importance symbolique. La République, en effet, comme on peut le voir lorsqu'on analyse le contenu des manuels d'histoire, a pris en charge la continuité de l'héritage royal. Loin de vouloir détruire les grands châteaux royaux, elle les protège désormais, les rachète, les restaure, les remeuble et les illumine.. Leur fonction est d'exprimer la grandeur retrouvée et la créativité de la France d'après-guerre.




166 vues